Dieu me déteste – Hollis Seamons

image1(11)

Il y a des périodes ou, on ne sait pas pourquoi, ça ne va pas. Enfin, si. On sait pourquoi, mais on ne va quand même pas en parler, on des pas des fiotes hein. Et puis en parler ça servira pas des masses à faire avancer le problème.

Et donc quand ça va pas, on joue plus le rôle du clown de service, on a une santé de merde, on fait pas l’effort d’aller vers ses potes (malgré le gros besoin de vin, vodka, rhum), on se rend d’ailleurs compte que souvent, si on n’est pas à l’initiative du truc, on serait toujours sobre. Et on prend des petits cachets « naturels » pour ce qu’on appelle une « phase dépressive transitoire ».

sort

Et dans ces moments, on lit des livres faciles, drôles, pas prise de tête. On mange de la junk food, on lit de la junk litt, on écoute de la junk musique. Bref, niveau quotient intellectuel on régresse et on attend que ça passe.

Et je pensais certainement bien faire en commençant Dieu me déteste. Fidèle à moi même, je n’ai pas lu la quatrième de couverture. Et c’est encore une bien grande idée que j’ai eu la, de lire un livre sur un ado cancéreux en phase terminale.

Et moi je lis ça, quasiment deux ans jour pour jour ou j’ai accompagné Lauren dans ces derniers moments. AMBIANCE DE MORT BONJOUR.

20u0

  • De quoi ça parle ?

Bon je vous ai déjà fait un bon spoiler, ce livre parle d’un gamin cancéreux en phase terminale.

Richard à 17 ans et dans un mois max il sera mort. Cancer, depuis des années. Des dizaines d’opérations, de traitement pour rien. C’est bientôt fini. Il est admit dans un service de soins palliatifs ou, il le sait, on est admit que quand il reste moins d’un mois avant de passer l’arme à gauche.

Richard se fait une copine, Sylvie, seule autre patiente du service qui est âgée de moins de 80 ans. Sylvie a 15 ans et est toujours partante pour faire des conneries avec Richard.

Richard est lucide quant à son destin, il va mourir, et il vous en parle le plus naturellement du monde. Il en joue aussi. Pour parvenir à ses fins (se taper Sylvie), il n’hésite pas une seule seconde à braver le règlement de l’hôpital et a jouer sur la corde sensible de ses proches et des infirmiers.

Richard a bien l’intention de mordre son dernier mois de vie à pleines dents et peut importe qu’il soit impertinent, qu’il viole tous les règlement de l’hôpital ou qu’il casse les couilles de tout le monde. Richard vit ses derniers jours et il vous emmerde.

gipphy

  • Ce que j’en ai pensé.

Bien bien bien. J’aurai du m’en douter. J’ai acheté ce livre en plein salon du livre sur le stand de Monsieur Toussaint Louverture. Et moi, comme une conne, je me dis que ça allait être un livre facile.

tumblr_mshsd2dvR81sgtg0to1_500

C’est bien là la preuve que quelque chose ne va pas. Monsieur Toussaint Louverture, pour ceux qui ne connaissent pas, c’est un éditeur que j’aime beaucoup beaucoup. Déjà parce qu’il n’édite que des bons livres mais aussi et surtout parce qu’il aime son métier et qu’il le fait bien et qu’il en parle merveilleusement bien.

Et donc au salon du Livre, il m’a parlé pendant … aller… 20 minutes, d’un livre autour duquel je tournais depuis quelques semaines (Et Quelque fois j’ai comme une grande idée) en me disant à quel point il est génial, que c’est le livre ultime. Qu’il avait envie de dire aux gens qui n’aimaient pas ce livre qu’ils pouvaient bien aller se faire enculer. (A ce moment là, j’ai failli me prosterner devant lui en le proclamant Dieu de tous les éditeurs).

Enfin bref, tout ça pour vous dire qu’on a presque pas parlé de Dieu me déteste. Il m’a juste dit que ce livre faisait partie de la Collection la Belle Colère dont les héros sont des ados. Des livres sur des ados pour des adultes.

Alors ce que j’en ai pensé, c’est que ce livre est une vraie petite perle. Parce qu’il est tellement putain de vrai quoi. Pour toute personne qui a accompagné un proche en fin de vie, ce livre est vrai. Et d’ailleurs, même s’il est dur (en même temps comment tu veux faire niais avec un sujet pareil), je le conseille de toute urgence à chaque personne qui va devoir affronter ce genre d’épreuve ou même qui a déjà du l’affronter. Parce que vous allez comprendre des petites choses, des petits détails.

Richard, est clairement lucide. Il se retrouve par exemple, lui qui est mourant, à remonter le moral de sa mère. A faire en sorte que le « après » lui, soit assuré.

Quand on est entrain de mourir, quand on est gravement malade, on se retrouve à gérer le malheur des proches. A voir la pitié, la détresse dans leur regard. On doit aussi se les cogner, parce que ouais, ton intimité tu peux lui dire au revoir. Tes proches décident de passer le MAXIMUM de temps avec toi. Que tu le veuilles ou non d’ailleurs. Mais il est pas évident de leur dire qu’ils nous étouffent.

Tout ça je l’ai appris avec Lauren mais je l’ai redécouvert avec ce livre. A quel point, quand on est malade, et pire que tout, sur la fin, à quel point on a juste envie qu’on nous foute la paix. Parce qu’on est pas bien, qu’on est pas beau à voir, qu’on a plus aucune intimité, parce qu’il y a des choses qu’on ne peut plus faire. Mais on a quand même envie qu’on nous traite comme quelqu’un de normal. Et d’agir normalement.

Et ce livre vous le met en pleine gueule.

2p00

Et si jamais vous vous posiez encore la question : oui vous allez chialer votre race, clairement. En même temps, on lit pas Bridget Jones là, mais c’est parfois tellement caustique que c’en est drôle.

Donc, je pensais ne pas avoir lu ce livre au bon moment. Mais il n’y a pas de bon moments quand on a vécu ce genre d’expérience. Il y a eu des passages ou j’ai eu l’impression d’entendre Lauren parler. D’où mon sentiment de lire quelque chose de vrai.

———————————————

Dieu me Déteste – Holli Seamons, 2013

La belle colère / Monsieur Toussaint Louverture -276 pages

A acheter ici

——————————————-

Pages du jour correspondantes :

12928339_595999507219314_5328296010849365354_n 12974290_597666880385910_3510833140452018611_n 12987076_598081440344454_2595935046076598843_n

 

Publicités

2 Commentaires

Classé dans Littérature étrangère

2 réponses à “Dieu me déteste – Hollis Seamons

  1. Merci de pour ton article, c’est une collection qui me fait de l’oeil et je crois que je vais me le procurer rapidement.

  2. J’ai vu ta photo sur Instagram ce matin il me semble donc quand j’ai vu le choix du titre, j’ai eu la même réaction que toi : c’est pas la lecture la plus réjouissante qui soit !
    Quoi qu’il en soit c’est toujours une aussi belle revue. Un peu moins tordante que d’habitude, mais plus touchante, et c’est bien aussi.
    Bises cher chaton !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s