Maestra – LS Hilton

image1(10)

ILly a quelques semaines, je glandais sur le site de 20 minutes pendant ma pause dej.

Et, chose rare, il y avait un article « littéraire » sur la page d’accueil avec un titre tellement accrocheur que je ne pouvais pas l’ignorer : Maestra : L’histoire du succès annoncé d’un livre jugé «trop cru» et «dégoûtant»

Whou la la un livre dégoutant, mais c’est pour moi ça !!

20m0

Et quand j’ai compris que le personnage principal évolue dans le monde de l’art, j’ai failli me mettre a danser dans mon bureau.

Comme ça :

tumblr_mbc6mvLHb71rionpko1_400

Ce qui tombait bien, encore une fois, c’est que le me rendais au salon du livre exactement 9 jours plus tard. Outre la volonté de voir Douglas Kennedy, je voulais ABSOLUMENT acheter ce livre.

Quand on a mit les pieds dans le salon avec chouchou, je cherchais le stand Robert Laffont comme une bête affamée. OU comme une hystérique, au choix.

m200

Je l’ai attrapé et je me suis retenue de m’asseoir en plein milieu du stand pour le commencer.

  • De quoi ça parle ?

Judith est anglaise. Elle vient de Liverpool, (des quartiers pauvres de Liverpool), et travaille à Londres. Ça va c’est classique. Enfin. Pas si classique que ça. Judith travaille dans l’une des plus grande maison de ventes de Londres. Dans la vraie vie on parlerai de Sotheby’s ou Christie’s, mais ici, puisque c’est un livre, on parle de British Pictures.

Donc Judith, qui à la base est une plouc, travaille en tant qu’experte junior, spécialisée dans les grands maîtres (la peinture ancienne pour faire simple). Un milieu élitiste, chic et hypocrite au possible.

Alors experte junior, ça veut surtout dire assistante de l’expert en poste. En gros, Judith se tape la merde que personne ne veut faire, se fait régulièrement humilier et est payée une misère.

Mais c’est pas grave, Judith se laisse marcher sur les pieds dans l’espoir de gravir les échelons et surtout parce que c’est le prix à payer pour gommer toute trace de là d’où elle vient. Elle est construite une image de femme sophistiquée, qui aime la musique classique et lit les journaux économiques. Elle a gommé sont accent de Liverpool et en est fière.

Jusqu’au jour ou elle croise dans le métro Leanne, une pétasse peroxydée avec qui elle était à l’école. Pour l’impressionner elle l’invite au Ritz, pour boire un verre et se raconter leurs vies. Mais bien vite Judith crache le morceau : elle n’a plus une thune, se sape chez Zara et se fait traiter comme de la merde.

Leanne lui parle de son emploi, elle se fait pas mal de blé. Elle est hôtesse dans un bar à champagne. Une sorte de pute qui ne baise pas le client. Elle propose à Judith d’arrondir ses fins de mois comme ça. Judith se laisse tenter et se fait embaucher au Gstaad Club.

Elle y rencontre James, un riche homme d’affaire obèse qui devient son client attitré.

En parallèle, Judith flaire une énorme arnaque au faux chez British pictures manigancée par son chef. Pour éviter qu’elle ne fasse tout capoter, son chef la vire comme une merde.  Judith décide de jouer le tout pour le tout et se barre dans le sud de la France avec Leanne et James dans l’espoir de se faire un peu d’argent.

Et la c’est le drame.

p200

  • Ce que j’en ai pensé.

Bien bien bien. On m’a annoncé un roman dégoutant et scandaleux. On m’a parlé d’un roman limite pornographique. Le livre est a peine publié qu’il est déjà en court d’adaptation. Tapage médiatique énorme, affiches dans le métro, pub à la radio… Est ce que c’est un coup médiatique ? OUI.

Est-ce que ce livre vaut le coup d’être lu ? Hummm, mouais, pourquoi pas.

tumblr_mjd29hyCwZ1rzxujso1_500

Entendons-nous bien. Quand on me dit que ce livre est dégoutant, scandaleux, gênant… j’imagine que c’est au moins du même niveau qu’American Psycho. Qu’Histoire d’O peut aller se rhabiller.

Que Millenium c’est Oui-Oui chez Ikea.

Que Gone Girl est évident.

Mais non.

Alors oui hein, elle aime le cul la Judith. Mais si tu as lu Histoire d’O, American Psycho, le Marquis de Sade ou que sais-je encore, ce livre c’est pipi de chat.

Alors oui, pour les jeunes pucelles qui ont été choquées par 50 Shades, passez votre chemin, ici on a le droit à de vraies scènes de cul digne d’un porno. Judith aime se faire péter le cul par des inconnus dans des clubs échangistes et elle l’assume. Donc autant vous dire qu’Anastasia Steele peut retourner se faire mettre une gentille fessée par son mec.

Ensuite, concernant l’intrigue… ben rien de neuf sous le soleil j’ai envie de vous dire. C’est pas mal, mais c’est pas GENIALISSIME non plus. On sent le truc venir à 20 bornes.

En fait, c’est Dan Brown avec du cul et des détails sordides.

Clairement, j’ai acheté ce livre parce qu’il traite du milieu de l’art et que, comme vous le savez peut-être, j’ai bossé dans ce milieu quelques années.

Tout ce qui concerne le milieu de l’art dans ce livre est cependant vrai. Les arnaques, le comportement des acteurs du milieu, l’hypocrisie, tout ça est vrai.

Alors, je n’ai pas été choquée (mais il en faut beaucoup pour me choquer je pense), je n’ai pas trouvé ça aussi fantastique que ce qu’on me promettait mais j’ai passé un bon moment. C’est pas mal écrit. D’ailleurs à ce propos, LS Hilton, c’est pas EL James hein. Elle a écrit de vrais livres avant et elle ne nous a pas pondu un roman de gare.

Et puis elle sait de quoi elle parle puisqu’elle a bossé dedans. Ce qui sympa c’est que le néophyte apprendra des petites choses avec ce livre. On y parle d’Artemisia (d’ailleurs, je vous invite à lire la biographie romancée d’Alexandra Lapierre à ce sujet), Fontana (dont est inspiré la couverture du livre), Stubbs, Richter…

Si vous êtes une versaillaise avec un rang de perle, un serre tête en velours et un kilt, oui vous serez choquée. Outrée même. Sinon vous passerez peut-être un bon moment. Je vous dirai juste de ne pas trop en attendre. Ce livre est quand même assez survendu. Mais forcément, je lirai les autres tomes et évidemment j’irai voir le film.

tumblr_o2rmb4kb431rymr5wo1_500

———————————–

LS Hilton, Maestra, 2016

Editions Robert Laffont – 372 pages

A acheter ici

———————————–

Pages du jour correspondantes :

12472706_595557257263539_2226538378037932709_n 12920468_595160863969845_1722027278812148549_n 12924483_594707600681838_6010104025890633452_n

Publicités

1 commentaire

Classé dans Littérature étrangère, Policiers

Une réponse à “Maestra – LS Hilton

  1. « En fait, c’est Dan Brown avec du cul et des détails sordides. »
    J’adore ! Super chronique comme d’habitude. Je saute sur tous tes articles de toute façon. Ils me font trop marrer.
    En tout cas, le pitch me donne très envie… C’est assez drôle, car je n’aime pas du tout la couverture, et si je n’avais pas vu ta chronique, je ne me serais pas du tout retournée dessus !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s