Scarlett – Alexandra Ripley

IMG_1828

Ah là là, Scarlett O’hara et Rhett Butler ! Je vous en parlais en janvier dernier.

Presque un an après avoir dévoré Autant en emporte le vent, je me suis jetée sur la suite de cette histoire d’amour mythique.

Suite écrite par Alexandra Ripley, car rappelez vous, Margaret Mitchell n’a jamais rien écrit d’autre.

Cette suite est en fait un énorme coup marketing organisé par les héritiers de Mitchell. Ils ont simplement lancé un concours pour trouver l’écrivain qui prendrait la suite de leur tante et après, ils ont fait monter les enchères. C’est un peu du même niveau que pour la suite de Millenium. On se dit qu’on est assis sur un tas d’or et qu’il est temps de le faire fructifier. Ce livre a été un échec cuisant du côté de la critique littéraire, mais un succès commercial hallucinant. Comment en aurait il pu être autrement ?

  • De quoi ça parle ?

Souvenez-vous la fin de Autant en Emporte le Vent : Rhett quitte Scarlett juste après le décès de Mélanie Wilkes pile au moment ou Scarlett comprend qu’elle n’aime pas Ashley mais Rhett.

Et bien la suite reprend l’histoire juste après.

Scarlett se rend aux funérailles de Mélanie, ou Ashley, mort de chagrin, manque de se jeter dans la tombe de sa femme. Scarlett le retiens à temps, mais s’en est fait des gorges chaudes d’Atlanta.

Mélanie n’étant plus là pour la protéger, Rhett partit, Scarlett tombe en disgrâce et voit tout Atlanta lui tourner le dos.

Elle part pour sa chère Tara pour se ressourcer, pour retrouver la seule personne qui pourra la remettre debout : Mama.

Mais Mama se meurt et Scarlett, bien qu’épuisée, la veille jusqu’à la dernière seconde. Elle fait appeler Rhett, persuadée qu’il va lui revenir, que ce n’est pas une vraie rupture… Mais manque de bol, Rhett ne blague pas et la re plaque devant tout le monde, des fois qu’elle n’ait pas compris.

Mais n’oubliez pas, Sarlett ne s’avoue jamais vaincue. Elle retourne à Atlanta ou la situation est pire qu’avant. Elle se retrouve complètement seule et isolée. Elle passe sa vie à attendre Rhett jusqu’au moment ou elle comprend qu’il ne viendra pas. Elle ira donc le chercher à Charleston, chez sa chère et tendre môman.

Ce n’est que la première étape d’un long périple, qui va la mener jusqu’en Irlande, terre de ses ancêtres.  Et forcément, rien ne va se dérouler comme prévu.

  • Ce que j’en ai pensé.

Bon bon bon. C’était pas mal hein. Pour une suite. Pour une suite écrite par quelqu’un d’autre.

Non en vrai, ça pue le téléfilm M6 à plein nez.

L’histoire originelle de Margarett Mitchell est devenue mythique car au delà du triangle amoureux Ashley-Scarlett-Rhett, il y a tout l’aspect de la guerre de Sécession, de l’esclavagisme qui est extrêmement bien écrit et bien documenté.

Le problème de la suite, c’est qu’on sent qu’elle a été écrite pour vendre. Que clairement Scarlett va se remettre avec Rhett, qu’ils vivront heureux et qu’ils auront beaucoup d’enfant.

En un peu moins de 1000 pages Alexandra Ripley fait tout subir à Scarlett : elle commence par éliminer la seule personne avec Rhett qui était capable de la remettre à sa place : Mama.

Bien, il faut tuer le père comme on dit.

Donc, Scarlett, en quelques mois, perd sa meilleure amie, se fait plaquer par son mari, perd sa seconde mère, devient alcoolique, guéri son alcoolisme, plaque tout et va à Charleston reconquérir Rhett.

Je ne vais pas vous raconter la suite en détail, il vous faut un minimum de suspens si vous comptez le lire.

Mais pour faire simple, j’ai presque eu l’impression que je lisais les Feux de l’amour. Limite un Harlequin. Y’avait rien d’autre que Scarlett qui aime Rhett, Scarlett qui manigance pour récupérer Rhett…. On enlève tout ça  et l’histoire est vide. Et en plus je me suis faite chier, parce qu’en 1000 pages, Rhett n’est là que 3 ou 4 fois.

Et j’ai eu du mal avec le style de Ripley, j’ai trouvé que Margarett Mitchell écrivait 1000 fois mieux. En réalité, ce livre n’est bon que pour une chose, calmer notre imagination sur le devenir de Scarlett.

Rappelez vous aussi que Margarett Mitchell a mis plus de 10 ans à écrire Autant en Emporte le Vent. Quand il n’en a fallu que 1 ou 2 à Ripley pour écrire la suite. Alors certes, Ripley connait très bien l’histoire du Sud et de la Sécession, puisqu’elle avait déjà écrit sur ce sujet. Mais Ripley n’est pas Mitchell et c’est bien ça le problème.

Autant en Emporte le Vent est aussi largement inspiré de la vie de la famille de Margarett Mitchell, Scarlett est donc un personnage dont elle possédait toutes les clefs.

Alors forcément, il paraissait difficile de faire aussi bien, voir mieux.

Cette suite est faite pour vous si vous avez adoré Autant en Emporte le Vent et si vous avez perdu le sommeil après le départ de Rhett.

Sinon vous pouvez passer votre chemin, ce livre ne changera pas votre vie.

————————-

Scarlett, Alexandra Ripley – 1991

Le livre de poche – 891 pages

A acheter ici

—————————-

Page du jour correspondante :

 12342345_543363312482934_4268053793327190922_n

12310623_544384209047511_5956941578551006875_n

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Littérature étrangère

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s