Au revoir là-haut – Pierre Lemaître

 

 Oui je sais. J’ai fait ma feignasse la semaine dernière. Je n’ai pas écrit de chronique.

J’en avais bien une d’avance, mais elle était au bureau. (alors, non je n’écris pas mes chroniques au bureau, mais la dernière fois que j’ai pris la route avec chouchou je n’avais pas mon ordi perso mais celui du boulot avec moi)

Oui je me justifie.

tumblr_nzbxrf7Rf61s02vreo1_400

Bref, j’ai des milliers d’excuses à vous fournir, mais nous sommes d’accord, j’ai chié dans la colle malgré tout.

Quand je suis allée chez L’éclectique (je vous en parlais dans ma dernière chronique), mon nouveau libraire préféré m’avait proposé deux livres.

Replay, que j’ai adoré et Au revoir là-haut.

Au revoir là-haut, il me la vendu en édition spécial Noël. Je suis à deux doigts de vous dire que je l’ai acheté juste pour la couverture. Mais heureusement, il paraissait que l’histoire était pas mal du tout. L’honneur est sauf.

Quand je suis rentrée à la maison, j’ai lu la quatrième de couverture. Et j’ai découvert que je venais d’acheter un livre que je refusais systématiquement d’acheter dès que je l’avais en main avec sa couverture de base.

Pourquoi je ne voulais pas l’acheter ? Parce que franchement, la Première Guerre, c’est vraiment pas bandant.

Mais bon… Il me l’a tellement bien vendu mon libraire que j’avais hâte de le commencer.

  • De quoi ça parle ?

Albert et Edouard sont deux soldats. Ils sont dans les tranchées, ils butent de l’allemand mais surtout ils attendent l’armistice pour reprendre leurs vies la ou ils les avaient laissées. Ils ne se fréquentent pas spécialement. L’un est timide, comptable, terne, sans ambition, sans grand chose pour lui. L’autre est issu de la haute bourgeoisie parisienne, beau, drôle, épicurien et artiste.

Ils sont là, tous les deux, à attendre la fin de la guerre qui ne va pas tarder à arriver, à se dire qu’ils ont quand même eu pas mal de chance de s’en sortir avec seulement quelques bleus. Il y a leur lieutenant, Henri D’Aulnay Pradelle qui lui rêve d’être un héros de la guerre. Mais ses soldats n’ont plus aucune motivation.

Il décide donc de leur faire croire que deux de leurs éclaireurs ont été tués par les allemands, alors que c’est lui même qui leur tire une balle dans le dos.

Son plan fonctionne, les soldats français partent à l’attaque. Edouard court comme un gamin suivi de quelques pas par Albert, qui passe devant les corps des éclaireurs soit disant refroidis par les allemands.

Il comprend tout de suite que quelque chose cloche. Quand on fait face au front adverse et que l’adversaire te déglingue, logiquement, c’est pas le dos qu’il vise. Albert comprend, c’est ce fils de pute d’Aulnay Pradelle.

D’Aulnay Pradelle veut sa croix de guerre et rien ne l’en empêchera. Donc deux petits éclaireurs en moins ce n’est pas si grave. Donc un soldat de plus ou de moins. Autant se débarrasser du comptable insignifiant qu’est Albert.

Et ça tombe bien, il vient justement de tomber dans un trou d’obus il est tellement doué qu’il n’arrive pas à remonter. D’Aulnay Pradelle refuse de l’aider, et tente même de le tuer.

Albert est alors enseveli après une nouvelle déflagration.

Il est enterré vivant, sa phobie. Qu’est ce qu’il y a de pire que d’être enterré vivant ? Etre enterré vivant avec la tête d’un cheval mort depuis plusieurs jours. Une tête en pleine putréfaction.

Edouard de son côté s’est rendu compte que quelque chose clochait, il tente de venir en secours à Albert en creusant à mains nues.

Au moment ou il y arrive, un éclat d’obus le touche et le laisse défiguré à vie. Une gueule cassée.

L’armistice est signé, les mois passent, Albert et Edouard sont liés par le destin. Edouard se fait passer pour mort et arrive à convaincre Albert de lui procurer une nouvelle identité. Ils vivent presque dans la misère et ne reçoivent aucune reconnaissance.

Alors que les morts pour la France, eux on en entend parler !

C’est à ce moment là que l’idée germe : une immense arnaque au monuments aux morts. Voilà comment ils vont se venger. Ils vont proposer des monuments aux morts aux communes de France en jouant sur la corde sensible du patriotisme. Et ils vont devenir riches.

  • Ce que j’en ai pensé.

Je vous l’ai dit, je ne voulais pas acheter ce livre à la base. Déjà parce que la quatrième de couverture ne me tentait pas plus que ça, mais aussi parce que la première guerre, c’est vraiment pas un sujet qui me passionne.

Mais alors ce livre, mais quel chef d’œuvre ! Le seul regret que j’ai eu c’est de ne pas l’avoir acheté plus tôt.

Et si le fait qu’il ai gagné le Goncourt vous effraie un peu, je vous rassure tout de suite, c’est très fluide. En réalité, pour ceux qui ne le connaissent pas, Pierre Lemaître est un maître du polar, qui est sortit de son style habituel avec Au revoir là-haut. Donc c’est facile à lire et c’est écrit de façon assez palpitante.

L’argument qui a fait mouche quand mon libraire me l’a vendu c’est quand il m’a dit « Dans ce livre, tout est vrai. Tout l’aspect socio-politique est vrai. Tout le scandale des morts est vrai. La seule chose inventée est l’arnaque aux monuments aux morts »

Et j’ai gardé cette phrase à l’esprit tout le long de ma lecture. J’étais écoeurée. Parce qu’il n’y a pas qu’un scandale aux monuments aux morts dans ce livre. Il y a le scandale des exhumations des soldats morts pour la France et enterrés un peu partout.

Alors je me suis dit que ça ne pouvait pas être vrai. Mais si. Enfin, presque. Si dans le livre tout le scandale des exhumations repose sur une seule entreprise, dans la réalité ce n’est pas le cas.

Enfin… de ce que j’ai pu en lire. Ce sujet a été si bien enterré à l’époque, que retrouver des informations aujourd’hui relève du parcours du combattant.

Parcours du combattant que Pierre Lemaître a effectué car on retrouve encore quelques messages de sa part sur les forums spécialisés.

Ce livre est donc plus que très fortement inspiré de faits réels. Et c’en est glaçant. Atrocement glaçant.

Mais le talent de Pierre Lemaître c’est de nous livrer un livre facile à lire, parfois drôle et tellement vrai.

Ne vous dites pas que c’est un livre sur la guerre, mais plutôt un livre sur l’après guerre de 14-18.

Je l’ai trouvé vraiment génial, j’avais du mal à le lâcher, je voulais absolument savoir jusqu’où ils iraient tous.

Et je n’ai pas été déçue.

Encore une fois, j’ai eu raison d’écouter mon libraire, qui m’a poussée à aller au delà de mes habitudes de lecture et qui m’a fait aller au delà de mes a priori sur certains sujets.

Donc, si a tout hasard vous ne vouliez pas lire ce livre ou que vous hésitiez à l’acheter, n’hésitez plus !

Lisez le, non seulement c’est pas chiant, mais en plus, Pierre Lemaitre réussi la prouesse de ne pas rendre déprimant un sujet glauque a mort.

——————————

Pierre Lemaître – Au revoir Là-haut

Le livre de poche 635 pages

A acheter ici

—————————

Pages du jour correspondantes.

12243003_539573666195232_1991388859812167685_n 12278797_541855435967055_4781299791408869040_n

Publicités

3 Commentaires

Classé dans Uncategorized

3 réponses à “Au revoir là-haut – Pierre Lemaître

  1. Comme toi, la quatrième de couverture ne me parlait pas particulièrement, et qu’elle claque j’ai reçu. Je comprends l’engouement pour ce roman, car c’est un véritable chef d’oeuvre. Je sais pas si tu as vu mais il a fait son livre en version bande dessinée également. Je ne l’ai pas lu, mais je pense que ça vaut le détour !

  2. J’ai adoré ce livre. Je l’ai trouvé enrichissant et palpitant.

  3. Audrey

    Ha je me sens moins seule 🙂
    Je suis archi fan des polars de Lemaitre mais j’ai aussi traîné la patte avec cette histoire de guerre, et finalement je m’y suis mise il y a quelques jours, mais pourquoi je ne l’ai pas lu avant ?! Ce sal*pard de Pradelle, quelle abominable personnage !

    Je ne savais pas que tout était si vrai (sauf les monuments), alors merci à ton libraire pour l’info!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s