Va et poste une sentinelle – Harper Lee

image1(5)

Ah la la, que ne l’ai-je pas attendu ce livre !

Souvenez-vous, je vous en parlais lors de ma chronique de « Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur » livre que j’ai adoré, et que je conseille au monde entier.

Souvenez-vous de la polémique suite à l’annonce de la publication de l’inédit, à peine 3 mois après le décès de la sœur d’Harper Lee, qui avait toujours veillé sur ses intérêts.

55 ans après la publication du livre le plus lu aux USA après la Bible, la première mouture du livre est retrouvée et publiée dans la foulée.

J’ai tourné autour plusieurs jours, sans jamais oser l’acheter.

tumblr_nrseii4Iop1s7hhyjo1_400

Souvenez-vous, j’ai promis à Chouchou de ne plus acheter de livre avant le mois de janvier.  Et puis un jour, d’un coup d’un seul, il s’est retrouvé dans ma bibliothèque. Et je jure sur la tête de mon chat, que je ne suis pas coupable.

tumblr_mp6cl9PetQ1rvzu9do1_500

  • De quoi ça parle ?

Jean-Louise Finch dite Scout, a aujourd’hui 26 ans, elle vit telle une femme libre et moderne à New-York mais revient régulièrement dans sa bonne vieille ville de Maycomb, Alabama pour rendre visite à sa famille.

Elle est en vacances pour une bonne dizaine de jours et vient donc passer du temps avec son père, ce héros.

Ce héros et symbole de la tolérance envers son prochain. Jean-Louise n’aime pas son père, elle le vénère. Jean-Louise est le prolongement de la pensée de son père et c’est sa fierté. Ce que dit Atticus est parole d’Evangile et le reste on s’en branle.

Élevée dans un état particulièrement peu enclin à être tolérant envers toutes les couleurs de peau, (oh le bel euphémisme !) Jean Louise a été élevée dans le respect des autres et avec une certitude : un noir est comme un blanc, c’est un être humain.

Jean-Louise laisse son père et son pseudo mec aller à une réunion de la commune sans vraiment comprendre de quoi il s’agit. Et là c’est le drame. Jean-Louise découvre que son papounet n’est pas si parfait. Et non, Jean-Louise ton papa adoré n’a pas trop envie de voir son église de blancs se remplir de gens d’une autre couleur. Alors du coup il milite contre. Jean-Louise découvre que son père n’est pas ce qu’elle croit, et elle déchante.

  • Ce que j’en ai pensé.

J’ai attendu ce roman de pied ferme parce que j’ai eu un véritable coup de cœur pour « Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur ». C’est pour moi un récit magique et je comprends complètement que ce soit un livre culte aux États-Unis.

Forcément, on attendait tous la suite avec impatience. Avec beaucoup d’impatience même.

Un peu comme toutes ces nanas qui se sont jetées sur des robes H&M à 500 balles et très faciles à porter dans le métro. Harper Lee c’est un peu notre Balmain à nous, livre-addcits.

tumblrlesi

Mais, attention, ce n’est pas une suite. Contrairement à ce que certains ont annoncé, ce livre n’est pas la suite de l’oiseau moqueur. Ce livre est en fait le premier manuscrit d’Harper Lee. Celui qu’elle a présenté à un éditeur et qui a été refusé. Ce livre est en réalité le premier jet de l’oiseau moqueur… Et ça se sent.

Ce qui est terrible c’est qu’Harper Lee nous a tellement mis en orbite avec l’oiseau moqueur que ce livre nous fait redescendre avec une violence rare.

Découvrir que le bien aimé Atticus, l’homme que chaque personne ayant lu le livre admire, est en fait un raciste, ça été comme me prendre une baffe en pleine gueule. Et je crois que je ne suis pas la seule.

tumblr_nl6m3iiUgn1rexck6o1_500

Le livre comporte de nombreux passages contenant des propos racistes plus que limite. Mais quand j’ai lu des critiques de part et d’autre sur internet (Télérama, le Monde, le Figaro…), j’ai eu l’impression qu’on ne parlait que de ça, que du changement de visage d’Atticus et de ses propos racistes mais qu’on oubliait une chose importante :

C’est que le message d’Harper Lee, malgré le changement de visage d’Atticus, ne change pas. Atticus est vieillissant et ségrégationniste, oui. Mais Jean-Louise est toujours Jean-Louise. C’est toujours cette bonne vieille Scout, tolérante, et humaniste.

Elle s’insurge contre le racisme, contre la ségrégation, elle en devient violente et se rend physiquement malade devant tant d’absurdité. Harper Lee livre son message de tolérance et d’ouverture aux autres, mais pas de la même façon que l’oiseau moqueur.

Au final, Va et poste une sentinelle est aussi un roman d’apprentissage. L’apprentissage d’une jeune femme qui découvre que son père n’est qu’un homme imparfait, comme n’importe quel autre homme sur Terre. Harper Lee tue le père, règle son Œdipe et nous le règle à nous aussi par la même occasion. Nous qui avons idolâtré non seulement le personnage d’Atticus, mais également sa relation avec ses enfants.

C’est un peu comme quand tu découvres que papa n’est pas si intelligent que ça et que par moment il est limite complètement con. Ce moment ou tu comprends que tu as appris à penser par toi même et non plus en travers de ta famille et de ton éducation. Ce moment ou tu es libre de dire à papa « ta gueule, tu dis de la merde ».

Voilà, ce livre, c’est Jean-Louise qui dit merde à son papa.

tumblr_mjpf0iFBoP1rma5ipo1_250

Avec la polémique tout autour de ce livre j’avais quand même pas mal hésité à l’acheter. Pour moi, qui suis très attachée aux volontés des artistes, je trouvais plus que bizarre que dans l’état dans lequel elle est, Harper Lee valide la publication du premier jet de son chef d’œuvre. Elle qui était pleinement consciente qu’après un tel succès, elle décevrait forcément. Je trouvais bizarre que ce soit publié comme ça, d’un coup, comme un gros coup marketing. Un peu comme pour Millenium 4 (d’ailleurs, je ne sais pas si je le lirai ou pas). Je n’ai pas eu à prendre la décision de l’acheter, Chouchou m’a facilité la vie en levant les yeux au ciel, en me prenant le livre des mains et en allant directement à la caisse. Comme quoi, parfois, c’est de sa faute si ma PAL augmente. Et je ne vais pas m’en plaindre.

Je disais donc qu’Harper Lee avait peur de décevoir avec un nouveau livre. Et c’est terrible, parce que oui, elle a déçu. Elle a déçu des milliers d’américains parce qu’elle a fait descendre un héros national de son piédestal et forcément, ça perturbe un peu. Atticus Finch, raciste, c’est un peu comme si Jean Valjean était poto avec les Tenardiers dans les Misérables II, le retour. Flippant non ?

tumblr_inline_movxotCYel1qz4rgp

J’ai, comme beaucoup, préféré « Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur ». Parce qu’on ne peut qu’aimer ce livre. Mais je ne peux pas dire que « Va et poste une sentinelle », m’ait vraiment déçue. Décontenancée, oui, déçue, non. J’ai apprécié de découvrir les personnages sous un autre angle, dans une autre intrigue même si moi aussi je me suis pris une baffe dans la gueule. Mais j’ai trouvé ce roman plus violent et plus dur encore que l’oiseau moqueur et je trouve l’évolution entre le premier jet (Va et poste une sentinelle) et le livre final (Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur) très intéressant.

—————————————-

Harper Lee, Va et poste une Sentinelle, 2015

Grasset, 333 pages

A acheter ici

————————————-

Pages du jour correspondantes :

10526044_528964973922768_5371959684639311709_n 11209434_529608003858465_3794093912470438840_n 12049278_530607163758549_3416593841668989070_n

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Littérature étrangère

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s