La femme à 1000 degrés – Hallgrimur Helgason

IMG_0858

J’aime le froid. Je déteste quand il fait trop chaud, quand je gonfle comme une baudruche, et que je me mets à briller comme une putain de boule à facettes. J’aime le froid et j’adoooore me camoufler sous d’épaisses couches de vêtements tout doux et tout chauds en buvant du thé ou du café.

tumblr_ndn2ftbpTn1sq75pjo1_500

Ma saison, c’est l’hiver. Et rien ne m’apaise plus que de m’imaginer seule au bord du Lac Baïkal en plein hiver dans une petite cabane dotée d’un lit douillet, d’un poêle à bois, lovée dans les coussins et les couvertures, à lire.

Bref, winter is coming.

tumblr_nrpa26S1LN1qbmm1co1_1280

Outre le fait que je sois certainement un poil associable, j’ai du coup développé un certain gout pour la littérature venue du froid : Stieg Larsson, Arto Paasalina, Tolstoï, Jonasson…

Chouchou le sait bien et un jour qu’il était je ne sais ou, dans une Fnac ou un Cultura, il m’a envoyé la couverture du livre que je vais vous chroniquer aujourd’hui par MMS, en se disant que ça pourrait m’intéresser.

J’ai bien évidemment acheté le dit livre quelques jours après, alors que je m’étais risquée dans les rayons de la Griffe noire. Rayons que j’évite depuis, par respect pour mon découvert bancaire.

  • De quoi ça parle ?

Herra est une vieille islandaise qui a eu une vie atypique et bien remplie. Elle est gravement malade et compte bien passer l’arme à gauche à temps pour le RDV qu’elle a pris en toute hâte : le crématorium. Oui, Herra a décidé qu’il était temps pour elle de tirer sa révérence de façon flamboyante. Elle trouve que de se faire réchauffer les os dans un four à 1000° c’est quand même pas mal, et comme on n’est jamais mieux servi que par soit même, elle a pris rendez-vous toute seule. Comme une grande.

tumblr_mlvmyfHwS81s1clzao1_250

Herra a donc quelques semaines devant elle pour se remémorer sa vie et nous la raconter.

Après une petite enfance sur un Fjord en Islande, une enfance en pleine guerre mondiale avec comme père le seul nazi islandais, une adolescence au Palais présidentiel (papy était le premier président islandais), Herra quitte le pays et va voir le monde. Elle rencontre des artistes, se marie, fait des enfants, quitte ses maris, quitte ses enfants, fait sa vie.

Herra dit ce qu’elle pense et est comme la grenade qui ne la quitte jamais : explosive.

  • Ce que j’en ai pensé.

J’étais tellement emballée à l’idée de lire ce livre ! Je m’attendais à quelque chose du même genre que les livres de Jonas Jonasson, en un peu plus sérieux peut-être.

Mais bon, paraît que je ne peux pas toujours avoir raison. Ca n’a strictement rien à voir.

C’est assez fouillis comme livre. J’ai eu du mal à m’y retrouver et surtout un peu de mal à le lire. On passe d’une époque à une autre, d’un bout d’histoire à un autre en quelques pages.

Elle commence à vous parler de son enfance dans le fjord, puis au chapitre d’après elle vous parle de la seconde guerre, le chapitre encore après on retourne au présent, et on revient au Fjord qu’au chapitre ENCORE après.

C’est très déstabilisant. Quelqu’un sur Instagram m’a même dit que ce changement constant l’avait vacciné contre le livre et qu’il avait fini abandonné sur un banc.

Je pense que malgré tout le bien que j’ai pu pensé de ce livre, ces sauts dans le temps m’ont complètement perdue et parfois même saoulée. Je n’arrivais pas à tenir le fil et à certains moments j’en oubliais même une partie de l’histoire.

533179a60abf5

En dehors de ça, Herra est la grand-mère que tout le monde rêverait certainement d’avoir mais que ceux qui l’ont rêveraient de mettre au four.

C’est une femme moderne qui a du batailler dans la vie. Elle dit d’ailleurs cette phrase que j’ai adoré « je me suis toujours méfiée des gens qui n’avait jamais eu a enjamber un cadavre pour survivre ». (Enfin c’est à peu près ça, vous m’excuserez ma mémoire n’est pas parfaite.) Herra est moderne, hi-tech et est toujours branchée online. Elle a plusieurs comptes Facebook et correspond avec de jeunes hommes partout dans le monde. Mais c’est aussi et surtout une langue de pute qu’on aime ou qu’on déteste.

Quand-je-termine-de-prparer-mes-valuations

Herra est une vieille femme malade, à la limite de l’impotence et qui ne mâche pas ses mots avec ses enfants et petits-enfants. Je dirai presque qu’elle ne les aime pas. Et ils le lui rendent bien pour certains.

Elle crache sur eux comme une vipère mal-baisée. Et pourtant, quand vient l’heure de la mort, ils sont la. Près d’elle. Et quand elle part au four, ils sont là près d’elle et pleurent.

Ce livre est en fait un sacré témoignage sur des sujets aussi variés que les relations homme-femme, les relations familiales, la pression sociale, la guerre, la vieillesse…

Et même s’il est difficile de suivre l’histoire, j’aurai tendance à dire qu’il ne faut pas faire l’impasse de le lire, parce qu’il donne à réfléchir sur la façon dont nous avons tous de réagir face aux épreuves. C’est un livre qui est bien écrit et absolument pas fataliste. Herra a bataillé et ne va pas se mettre à pleurer maintenant. C’est une Tatie Danielle qu’on fini par aimer.

————————————

La femme à 1000 degrés, Hallgrimur Helgason – 2013

Pocket, 792 pages

A acheter ici

———————————-

Pages du jour correspondantes :

11064722_514260028726596_2493689155298010903_n 11949145_509332832552649_6812015455754202823_n 11987210_511033885715877_6165704768412739458_n 11998906_515857921900140_6302896073808364072_n

Publicités

1 commentaire

Classé dans Littérature étrangère

Une réponse à “La femme à 1000 degrés – Hallgrimur Helgason

  1. Pingback: Testament à l’anglaise – Jonathan Coe | Chaton de bibliothèque

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s