Central Park – Guillaume Musso

 

Guillaume Musso. Celui qu’on adore détester avec Marc Levy.

Il était à Saint-Maur en poche cette année. Je voulais, sans vraiment le vouloir, lui faire dédicacer un livre. Sans vraiment le vouloir, parce que j’en avais déjà plusieurs de lui dans ma PAL et que bon, j’avais pas vraiment la foi de me taper 1 heure de queue quoi.

Mais je suis une faible femme, sans aucune volonté. J’ai fait la queue et j’en ai acheté deux. Bon, Guillaume n’a pas voulu poser pour la photo avec la carte du blog, mais on va pas lui en vouloir.

Quand-la-mre-de-Marc-Olivier-dbarque-la-runion-parent-prof-de-dbut-danne

  • De quoi ça parle ?

 

Alice est flic au 36 quai des Orfèvres. Hier soir elle a fait la fête avec ses copines sur les Champs. Elle s’est mise une race de batard. Et ce matin elle se réveille sur un banc. Dans une forêt. Menottée à un homme qu’elle ne connaît pas. Quand Alice le réveille en lui pointant un flingue sur la tempe, elle se rend compte que l’homme est dans le même état qu’elle. Il ne sait pas qui elle est.

Les présentations sont faites, l’homme s’appelle Gabriel.

Gabriel s’est lui aussi, pris une cuite mémorable la veille. A Dublin.

Ils décident de sortir de la clairière et découvrent qu’ils sont au beau milieu de Central Park. A New York. La gueule de bois s’annonce difficile.

 

  • Ce que j’en ai pensé.

 

Guillaume Musso a un très gros avantage pour une book addict comme moi : il se lit vite, très vite. Mais il a aussi un atout pour quelqu’un qui s’enquille 60h/ semaine depuis 1 mois : c’est reposant et facile à lire. Donc j’étais bien contente d’entamer Musso après le désastre Gavalda.

J’avais tiqué en lisant sur la quatrième de couverture l’avis de Gérard Collard : « Un des meilleurs polars de l’année ». Musso, un polar ? Hum. Why not.

cheech-wtf-gif1

Vous voilà donc prévenus. Vous allez lire un polar. Enfin. Un polar à la Musso quoi, c’est pas non plus Grangé hein.

Donc j’ai été assez surprise, et assez sceptique.

Je m’explique.

Pour moi Musso c’est du love et du fantastique. Je m’attendais donc à du Love et à du Fantastique. J’ai donc été sceptique jusqu’à ce qu’on comprenne le pourquoi du comment de l’histoire.

Quant au love, j’étais surprise parce qu’il ne venait pas.

Et puis il y a eu l’explication, et pour ne pas finir sur l’explication, Guillaume nous rajoute le chapitre 28 et la « conclusion ».

Et patatra. Tout s’écroule.

Quand-jouvre-lordinateur-de-fond-de-classe-pour-y-mettre-un-peu-dordre-

Franchement, je peux comprendre qu’une fin à la « ils vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants » est nécessaire et plus vendeur. Je veux bien comprendre. Mais là, non. Je suis pas franchement d’accord.

Mais j’aurais préféré m’arrêter à la fin du chapitre 27, le reste est, à mon sens, cul-cul et peu crédible. Ce qui ne rend pas justice au reste du livre qui est quand même vachement bien ficelé.

—————————-

Central Park, Guillaume Musso – 2014

Pocket, 443 pages

A acheter ici

——————————

Pages du jour correspondantes :

1533878_482597558559510_6280959080516517650_n 11235044_493814234104509_7516425910918456183_n 11703210_494948430657756_54597782704458230_n

 

 

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Littérature Française

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s