Contes de la folie ordinaire – Charles Bukowski

11377502_937479242940491_364629183_n

Charles Bukowski, en France, on sait qui c’est. Ouais. C’est celui qui s’est bourré la gueule chez Pivot, en direct sur la 2.

tumblr_mwf5o1CLd91sn9x9vo1_r1_500

Bukowski c’est l’écrivain poivrot par excellence qui ne se fait pas prier pour être vulgaire et dégueulasse. Bukowski dit ce qu’il pense et fait ce qu’il veut. Et il vous emmerde.

Mais pas que. Bukowski, c’est surtout l’un des écrivains les plus doués de sa génération, un talent hors normes, qui utilise avec une incroyable agilité les mots les plus crus de notre vocabulaire. C’est l’homme qui écrit sur l’humanité. Il décrit le vrai. Le vrai qui est rarement beau, le vrai qui parle mal, le vrai qui agit mal.

 tumblr_nc5qtjhTIT1qknxlro1_500

  • De quoi ça parle ?

Les Contes de la folie ordinaire, c’est en réalité un recueil de nouvelles. Souvent inspirées de sa propre vie, elles ont presque toutes les mêmes ingrédients : alcool, sexe, violence verbale et parfois physique.

Certaines sont complètement déjantées, d’autres peuvent mettre mal à l’aise.

Bukowski nous raconte des épisodes de sa vie de marginal, à vous de choisir lesquels sont vrais, lesquels sont faux.

  • Ce que j’en ai pensé.

J’aimerai bien qu’on mette Les contes de la folie ordinaire au programme des lycéens. Juste pour voir comment les profs de français s’en sortiraient avec les analyses de textes.

Plus sérieusement, si vous êtes une prude versaillaise avec votre petit polo, votre serre-tête en velours et votre jupe plissée longue (sans oublier votre quota de perles aux oreilles et autour du cou), accrochez vous à votre crucifix, Bukowski ça déménage.

tumblr_nk5430Tkzu1skm9i1o1_400

Moi qui parle comme une poissonnière, j’ai eu énormément de plaisir de constater qu’un auteur utilisait mon vocabulaire… dans les années 70.

Oui, soyons réalistes, est-ce qu’aujourd’hui on peut publier un livre ou toutes les deux pages, il est écrit l’un de ces trois mots au choix : putain, salope, couilles ?

Vous voyez ce qui fait du bien avec Bukowski, c’est qu’il n’y a pas de filtre.

Il pense « je vais te baiser salope », ou « je vais me faire enculer en taule » et ben il l’écrit. Tel quel.

On tourne pas autour du pot. Alors c’est un peu sale comme livre, puisqu’il nous parle de ces errances d’ivrogne. Donc il y a du vomi partout, parfois du sang, souvent de la pisse et de la merde. Mais voilà, il ne nous épargne rien. Des trous à rats où il a vécu, à la misère humaine, vous vous le prenez en pleine gueule, comme une tarte à la crème. Mais vous remplacez la crème par toutes sortes de fluides corporels et de déjections.

Je parlais de ce livre hier soir avec l’ami qui a eu la très bonne idée de me l’offrir. Et il m’a dit un truc qui m’a fait sourire : « Tu trouves pas ça libérateur ? ».

Ben si. Voilà. Le mot de la fin on le laisse à Gor Redwe : Bukowski, c’est libérateur.

tumblr_lsv0yykIVF1qkflw0

 —————————

Charles Bukowski, Contes de la folie Ordinaire – 1967-72

Le Livre de Poche, 254 pages.

A acheter ici

—————————–

Les pages du jour correspondantes :

11249267_383090681899679_146465063_n 11325827_976902602354775_1647786434_n 11273360_1457050237921509_152776102_n

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Littérature étrangère

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s