La page 320.

IMG_8670

Aujourd’hui c’est une chronique un peu particulière que vous allez lire.

Hier, c’était le premier anniversaire du décès de Lauren, ma meilleure amie, ma sœur de cœur, comme elle aimait m’appeler.

Lauren lisait beaucoup, et a été l’un de mes plus gros soutiens quand j’ai décidé de commencer ce blog. Et c’est bien parce qu’elle m’aurait engueulée, que malgré une pause de quelques mois après son décès, j’ai continué.

Quand on perd quelqu’un d’aussi proche, il y a une multitude de petites choses qui nous bouleverse au fil des jours. Des trucs cons. Un cadeau de Noël déjà emballé qu’on aura jamais l’occasion d’offrir, un rappel de RDV sur son téléphone, une carte postale qu’on reçoit bien après. Pour moi, ça a été un livre. Comme quoi, on en revient toujours aux livres.

Lauren était souvent hospitalisée et sur les dernières semaines, elle avait beaucoup de mal à se concentrer. Elle s’était acheté Jane Eyre, mais n’arrivait pas vraiment à s’y mettre. Alors je lui ai prêté « Le Vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire ». Je lui ai dit «  tu vas voir, c’est léger, prend-le au second degré, et tu verras tu te marreras et tu le finiras en moins de temps qu’il ne le faut pour le dire ». J’en avais même fait une chronique.

Je sais qu’elle l’a commencé. Et je sais aussi qu’elle ne l’a pas fini. Qu’elle ne le finira jamais.

Le lendemain de ses obsèques, sa mère m’a demandé si je voulais récupérer quelques affaires. J’ai accepté. Quand on est montées dans la chambre, il y avait une valise ouverte, dans laquelle j’ai vu les affaires que Lauren avait à l’hôpital, quand quelques jours avant j’étais allée lui dire au revoir.  Au milieu, il y avait mon livre.

Je me suis penchée en disant à sa mère « oh elle l’a lu, je suis contente, j’ai insisté pour qu’elle le lise ».

J’ai feuilleté le livre. Elle s’est arrêtée page 320. Il y a encore son marque page. Un marque page de Lourdes, avec une tache de vernis à ongles corail dessus.

Tout est dans le détail.

Ma gorge s’est nouée mais je n’ai rien montré. Je ne montre jamais rien. Je suis égoïste moi.

Mais quand je suis rentrée à la maison, le livre n’a pas retrouvé mon étagère. Je l’ai mis à part, pour être certaine que personne ne puisse y toucher. J’ai toujours peur de parler de ce livre parce que j’ai peur qu’on me demande de le prêter. C’est devenu une sorte de relique. Il est rangé dans une boite avec d’autres souvenirs de Lauren. Avec le marque pages bien en place.

Lauren est morte et il lui restait 187 pages à lire. Mais en fait non. Il lui restait des millions de pages à lire. Comme à nous. Mais même avec la meilleure volonté du monde, on ne pourra pas tout lire. Ça me console et ça me désole en même temps.

Alors, même si Lauren n’a pas gagné la guerre, d’autres personnes luttent contre la leucémie. Vous pouvez les aider à lire plus de pages et à finir encore plus de livres en faisant régulièrement don de votre sang, de vos plaquettes ou même mieux, de votre moelle. Faites un tour sur : http://www.dondemoelleosseuse.fr/ et inscrivez-vous.

Voilà, merci d’avoir lu jusqu’au bout et promis, la semaine prochaine ce sera plus funky.

tumblr_mkqbsdlbkq1rma5ipo1_400

Publicités

2 Commentaires

Classé dans Uncategorized

2 réponses à “La page 320.

  1. Carole

    Votre chronique m’a beaucoup touchée. Je ne m’attendais pas du tout à lire un article comme cela sur un blog littéraire, alors que j’étais en pleine recherches. J’ai moi-même perdu ma marraine qui était comme ma grande sœur alors qu’elle n’avait que 35 ans… C’est pour cela que je vous comprends. Courage. Carole

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s