Beignets de tomates Vertes – Fannie Flagg

IMG_7619

Ma mère est une fanatique de la télé. Elle passe des heures à regarder des téléfilms à la qualité douteuse, des séries policières, des films sur tout et n’importe quoi.

Quand j’étais petite, si je voulais regarder autre chose que mes Disney en VHS sur la télé de la chambre de mes parents, je devais aller dans le salon. Sauf que dans le salon, la télé était monopolisée par ma mère avec les téléfilms susnommés.

Mes souvenirs télévisuels tournent donc autour de Rick Hunter, Madame est Servie, Mac Gyver, les téléfilms d’M6, Bagdad Café et Beignets de Tomates vertes.

Beignets de tomates vertes, je sais que c’est un film que ma mère a adoré, qu’elle regarde dès qu’elle tombe dessus et point.

Donc quand j’ai eu le livre en mains, ni une ni deux, je m’en suis emparée en ayant la ferme intention d’en parler à ma mère.

  • De quoi ça parle ?

 En Alabama, dans les années 80, Evelyn Couch accompagne son mari à la maison de retraite toutes les semaines pour voir son acariâtre belle-mère. Evelyne est en pleine dépression, son mari la délaisse et elle est grosse. Pour échapper aux visites, elle se réfugie dans le salon des visiteurs pour se gaver de sucreries.

Un jour Ninny, une pensionnaire, s’assoit à côté d’elle et se met à lui raconter sa vie. Mais surtout à lui raconter l’histoire d’Idgie et de Ruth qui tenaient le Whistle Stop Café et qui étaient plus ou moins de sa famille.

Evelyn se prend d’affection pour Ninny et se passionne pour l’histoire de Ruth et d’Idgie. Entre la vieille femme et la récente ménopausée une amitié se créé. Evelyn revient toutes les semaines voir Ninny pour apprendre un nouvel épisode de la vie trépidante du Whistle Stop Café.

  • Ce que j’en ai pensé.

Putain c’était d’la balle. Ca faisait longtemps que je n’avais pas été emballée à ce point par un livre.

Je comprends mieux pourquoi ma mère adore ce film (même si le film n’est bien sur pas aussi bon que le livre). On se prend tout de suite d’affection pour Ruth et Idgie et pour Evelyn également. Ce livre traite d’à peu près tout : le racisme, la misère, la maladie, les conditions dans les maisons de retraites, les relations humaines… Et d’homosexualité. Pour moi Idgie et Ruth sont clairement lesbiennes même si jamais leur relation n’est décrite ouvertement dans le livre. Et quand j’ai (enfin) vu le film, rien ne peut nous faire penser que ces deux femmes s’aiment plus que comme deux potes. Ce que j’ai trouvé particulièrement minable puisque j’apparente ça à de la censure. Mais passons.

C’est un livre résolument féministe, entre Ruth, la femme battue et Idgie l’intrépide qui ne rentre dans aucun moule, le girl power est au rendez-vous !

Ce livre va vous mettre de bonne humeur et vous ouvrir l’appétit !

—————

Beignets de tomates vertes, Fannie Flagg – 1987

J’ai Lu – 474 pages

A acheter ici

Publicités

5 Commentaires

Classé dans Comédie, Littérature étrangère

5 réponses à “Beignets de tomates Vertes – Fannie Flagg

  1. J’ai moi aussi j’ai adoré ce livre par contre le personnage d’Evelyn n’a laissé de marbre et limite agacée.

  2. Pingback: Miss Alabama et ses petits secrets – Fannie Flagg | Chaton de bibliothèque

  3. Je veux le lire depuis tellement longtemps !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s