La Nostalgie Heureuse – Amélie Nothomb

IMG_7300

Amélie Nothomb, malgré le fait qu’elle porte le même prénom que ma grosse connasse de demi-sœur, est avec Frédéric Beigbeder et Douglas Kennedy, l’auteure dont j’ai lu toute l’œuvre.

Amélie Nothomb, tu aimes ou tu détestes. Tout n’est pas fantastique j’en conviens, mais à chaque fois, c’est un rafraichissement pour moi.

Ses livres ont souvent, voir très souvent, une part autobiographique. Elle publie tous les ans, qu’il pleuve, qu’il vente ou qu’il neige, un roman d’environ 150 pages. C’est facile à lire et on apprend plein de prénoms rigolos.

  • De quoi ça parle ?

Amélie Nothomb doit, pour les besoins d’un documentaire réalisé par France 5, revenir sur les traces de son passé. Retour dans son Japon adoré 16 ans après l’avoir quitté.

Amélie va retrouver sa gouvernante (dont elle nous parle dans Métaphysique des tubes), mais aussi son premier amour (dont elle nous fait l’éloge dans « Ni d’Eve Ni d’Adam ».

  • Ce que j’en ai pensé.

Au final, il est assez difficile d’écrire une chronique sur Amélie Nothomb. C’est comme les quatrièmes de couvertures de ses livres : il n’y a qu’une phrase à chaque fois. Juste quelques mots. Et ça suffit. (Les mauvaises langues vous diront que oui, Amélie, ça suffit).

Si vous n’avez jamais lu de livres d’Amélie Nothomb, ne commencez surtout pas par celui-ci. Commencez peut-être par « La Métaphysique des Tubes ». Son œuvre est tellement autobiographique qu’il ne faut pas bruler les étapes. Et pour moi, « La Nostalgie Heureuse » n’est pas son meilleur roman.

Ce qu’il y a avec Nothomb, c’est qu’il ne faut pas prendre pour argent comptant tout ce qu’elle écrit. Nothomb est, à mon sens, dans la mythologie personnelle. Et il faut le garder à l’esprit quand on la lit.

Il n’y a qu’à voir cette polémique sur son nom de plume et sa soit disant naissance au Japon. On ne sait pas vraiment qui elle est. On sait surtout qu’elle est bankable, et que tous les ans, Albin Michel se fera des couilles en or avec son cru de l’année.

Bref, avant de lire Amélie Nothomb il faut réussir à faire la part des choses entre ce qu’on entend, ce qu’elle prétend, et ce qu’elle écrit.

———————-

Amélie Nothomb, La Nostalgie Heureuse – 2013

Le Livre de Poche, 150 pages.

A acheter ici

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Littérature Française

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s