Princesse Daisy – Judith Krantz

IMG_7271

Si comme moi ton enfance c’est les années 90, tu te souviens certainement que les dimanches après-midi, sur M6, c’était « La saga du dimanche». De merveilleux téléfilms qui mériteraient d’être primés aux Oscars : La caverne de la Rose d’or, Désidéria et le prince rebelle… ET Princesse Daisy.

Putain, celui là je l’ai enregistré sur une VHS (vas-y lecteur, prends ton coup de vieux avec ce terme : VHS) et je l’ai matté en boucle pendant des week-ends entiers. C’est un gros morceau de mon enfance et de mon adolescence, puisqu’un de mes pseudos de l’époque était directement inspiré de Princesse Daisy. (Lapin, toi même tu sais).

Et puis j’ai complètement zappé cette histoire.

Jusqu’à il y a peu.

Il y a peu donc, ma belle-mère vidait ses étagères des livres dont elle ne voulait plus. Elle a donc donné à Chouchou 3 cartons de livres pour que j’en fasse ce que bon me semblait.

Je me suis donc mise à trier des années de « Livre du mois » chez France Loisirs, puis j’ai commencé à me dire que ma belle-mère avait un sacré problème avec l’enfance, plus de la moitié des livres y étant consacrés, quand le miracle se produisit :

Princesse Daisy.

1ère réaction : etonnement

2nde réaction :

 joie

C’est le seul bouquin qui a trouvé sa place dans ma PAL pour l’instant. Le reste est parti à la cave, faute de place et surtout parce que dans le monde d’un Chaton de Bibliothèque, on ne se sépare pas des livres. Même de ceux qu’on a pas vraiment envie de lire.

  • De quoi ça parle ?

Stach Valenski, prince russe richissime épouse dans les années 50 la célèbre et magnifique actrice américaine Francesca Vernon. Ils sont beaux, riches, célèbres, la presse les vénère. Francesca tombe enceinte de jumelles.

Mais lors de l’accouchement, la seconde jumelle est victime d’un manque d’oxygène qui la laisse retardée mentalement.

Stach, qui déteste la faiblesse rejette complètement la fillette. Francesca, qui tombe dans une profonde dépression juste après l’accouchement pense que la seconde jumelle est juste en couveuse. Stach lui fait cependant croire que la petite est morte.

Francesca finit par se remettre sur pieds et reprend sa vie. Mais Macha, la nourrice de la famille apprend que la seconde jumelle n’est pas morte mais handicapée et que Stach la cache. Macha cafte auprès de Francesca. Francesca pète son câble, récupère sa fille, repart illico avec ses enfants aux Etats-Unis.

6 ans après, Francesca meurt dans un accident de voiture, et les fillettes (Daisy et Danielle) repartent avec Macha chez leur père en Angleterre.

Stach place illico Danielle dans une institution et donne à Daisy une enfance privilégiée et pleine de luxe. Daisy vit dans une bulle jusqu’à la mort brutale de son père alors qu’elle n’a que 17 ans. C’est à ce moment que Ram, son demi-frère lui montre son véritable visage. Face à la menace, Daisy part vivre sa vie aux Etats-Unis.

  • Ce que j’en ai pensé :

Bon déjà, je vous l’ai dit, pour moi, Princesse Daisy c’était un téléfilm, un souvenir d’enfance pas très net.

Et peut-être que ça aurait du le rester.

Je m’explique : quand tu lis un livre dont tu connais déjà l’adaptation à l’écran, souvent tu es face à des détails qui peuvent te faire changer d’avis sur un personnage ou une situation. Et pire, quand tu lis, à l’âge adulte, un livre dont un téléfilm a été tiré dans les années 80 et que tu as vu quand tu avais entre 7 et 10 ans, ben forcément c’est pas si fantastique que ça.

Honnêtement c’était pas mal. Un peu longuet, mais pas mauvais. En revanche, à un moment donné, quand Chouchou m’a demandé si c’était bien je lui ai répondu « Par moment c’est encore plus chaud que 50 shades of Grey, Princesse Daisy se tape son demi-frère et elle est plutôt consentante ».

Bon, certes, par la suite, elle ne veut plus faire de galipettes avec Ram. Mais quand même, je suis restée bouche bée. Je me suis demandé ce que ma mère branlait quand je regardais un téléfilm ou l’inceste était normal.

Et du coup j’ai voulu le revoir ! Ben bon courage les gens. J’en ai chié ma race pour le trouver. Déjà parce qu’il n’est jamais sorti en DVD en France et qu’ensuite les seuls exemplaires que j’ai trouvé sur Amazon n’étaient pas sous-titrés en français (oui je suis bilingue mais que sur quelques mots). Mais bon, comme je suis du genre tenace, j’ai fini par trouver.

Et par regarder la première partie : putain c’est fou ce qu’on regarde comme merde quand on est gamin. Et c’est fou ce que c’était édulcoré. Je n’ai pas (encore ?) regardé la seconde partie.

Du coup je me suis rappelé du second téléfilm mythique de mon enfance (qui a sa part de responsabilité, lui aussi, dans mon premier pseudo sur le net) : Queenie la force d’un destin. Et l’espace d’un instant je me suis dit « oh ben ce serait drôle si c’était aussi tiré d’un roman ! ».

C’est drôle, hein ? C’est tiré d’un roman.

Je me suis sentie obligée de l’acheter (d’occasion sur Amazon, laisse tomber jamais réédité depuis 1987).

Voilà, vous savez ce qu’il va se passer dans l’année à suivre : je vais encore bousiller un de mes souvenirs d’enfance.

———————————

Judith Krantz, Princesse Daisy – 1980

France Loisirs, 460 pages

A acheter ici

Publicités

1 commentaire

Classé dans Littérature étrangère

Une réponse à “Princesse Daisy – Judith Krantz

  1. Miaou

    Chère Chaton, merci pour cet article qui remet Daisy en perspective ! Mon enfance était également baignée de la saga du dimanche et du téléfilm de l’après-midi (lors des vacances scolaires) mais de mon côté j’ai décidé de les y laisser justement pour ne pas détruire ces souvenirs 😀
    A ce propos te rappelles-tu d’Anne Shrirley, la petite rousse ?
    C’est aussi un (ou plutôt des) romans 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s