Cinq Jours – Douglas Kennedy

photo 1(4)

Deuxième chronique consacrée à Douglas Kennedy sur ce blog. Habituez-vous, je l’aime d’amouuuuur. La 1ere est ici.

La version brochée de ce livre est parue en octobre 2013. Et comme je suis une grosse radasse qui refuse de payer un livre 23€, j’ai attendu un an que Pocket le publie. Je vous présente le deuxième livre neuf acheté cette année, sur les 50 que j’ai déniché chez mes fournisseurs habituels en 2014.

  • De quoi ça parle ?

5 jours dans la vie de Laura. 5 jours qui ont changé sa vie.

Laura est technicienne d’imagerie médicale. C’est elle qui vous installe lorsque vous devez passer un scanner ou faire une radio. C’est elle qui ne vous dit pas ce qu’elle a vu sur l’écran, alors qu’elle sait si tu vas crever ou pas.

Laura est mariée à Dan, avec qui elle a eu deux enfants : un garçon artiste dépressif, et une pouf qui veut devenir femme de sénateur.

Le mariage de Laura est sans passion et dans le respect des conventions. Laura aurait pu devenir médecin. Mais elle a laissé passé sa chance et s’est enterrée dans le trou du cul du Maine avec un mari qu’elle n’aime pas.

Alors que Dan, au chômage depuis deux ans, accepte un emploi bien en deçà de ses qualifications, le patron de Laura lui demande de le représenter lors d’une convention sur l’imagerie médicale à Boston.

Laura y voit l’occasion de s’échapper un peu de son triste quotidien.

A son arrivée à l’hôtel, en attendant à la réception, elle discute avec Richard, un vendeur d’assurance, terne, sans charisme, sans caractère. Pourtant, ils se trouvent des points communs très rapidement. Laura va prendre conscience qu’elle est à un tournant de sa vie. Mais aura-t-elle le courage de s’y confronter ?

  • Ce que j’en ai pensé 

Ah Douglas, est-ce qu’un jour je dirai du mal de toi ?

Même si ce n’est pas mon préféré des livres que tu as écris, Cinq jours m’a fait vivre avec Laura pendant… Deux jours.

Pendant une bonne partie du livre, j’avoue que tu m’as fais peur Dougie. Vraiment, j’ai cru que tu m’avais pondu une histoire à l’eau de rose digne d’un téléfilm du dimanche après-midi sur M6. Mais quel soulagement ! Quel soulagement quand elle se prend une méga porte dans la gueule. Ce moment la est vraiment incroyable. J’ai senti tout autour de moi son chagrin à couper au couteau. C’est dingue comme tu arrives à te mettre dans la peau d’une femme, et surtout dans la peau d’une femme effondrée. J’en ai presque loupé mon arrêt de RER.

Donc lecteur, si tu lis ce livre – et je te conseille de le lire – accroches toi. Vraiment, tu vas lever les yeux au ciel et dire « et gnagnagna et gnagnagna » pendant, facile, les deux tiers du livre. Et d’un coup paf, ça fait des Chocapics. Bon t’as un peu envie de lui dire que c’est bien fait pour sa gueule à la Laura. Mais quand même, c’est l’histoire d’un électrochoc. Et du choix qu’on doit faire après. Et ça, on y sera tous confrontés tôt ou tard.

——————————————————–

Douglas Kennedy, Cinq Jours – 2013

Pocket, 440 pages

A acheter ici

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Littérature étrangère

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s